Warmachine, the beginning …

Warmachine, the beginning …

Ou qu’est ce qui pourrait attirer un joueur de W40k dans Warmachine.

Etant un joueur régulier de W40k depuis plus de 10 ans (commencé en V3 il y a plus de 15 ans), je ne me voyais pas faire d’autre jeu que ce très cher 40k.
Fan boy devant l’éternel, j’ai finalement pris conscience avec les sorties de ces dernières années que GW nous prenait un peu trop pour des vaches à lait… (ou des pigeons… c’est selon ou on se place…).
Mais ceci ne nous regarde paaaaas… (comme le disait si bien les chers Inconnus).

Je vais plutôt essayer de vous faire voir mon point de vue sur Warmachine, les bons et mauvais cotés que j’ai trouvé, avant de finalement me lancer dans l’aventure:

Pour commencer, si vous êtes fan inconditionnel de la conversion de figurine, vous allez être fortement déçu, il sera extrêmement difficile, pour ne pas dire impossible, de convertir vos chers figurines… Bon après il faut relativiser, les figurines sont quand même de très très belle facture. Il va sans dire que ce n’est pas ce coté qui m’a attiré… Surtout l’optique de tomber sur des armées identiques à la mienne…

Si vous rechercher des batailles a très grande échelle, eh ben… vous tombez encore très très mal… Dans les plus gros format (50pts) on se retrouve avec approximativement une cinquantaine de figurines sur la table, un petit format pour du W40k. Il est clair que pour certaine personne ça sera un avantage (moins de peinture à faire) et pour d’autre ça sera un gros désavantage (le fait de pas pouvoir sortir des pelletées de figurine sur la table…). là par contre, je trouvais pas mal le fait de ne pas devoir peindre 50 pouilleux pour former mon armée… Donc plus grande facilité d’avoir plusieurs armées, et qui dit plusieurs armées, dit plusieurs façon de réinventer la façon de jouer !

Ensuite, niveau prix, oui… Il faut bien en parler un jour ou l’autre… Ce n’est effectivement pas très bon marché, enfin, en comparaison de 40k, ça reste assez raisonnable.
En comparant le prix des unités de base, Warmachine est un chouillat plus cher. Mais comme parlé plus haut, il faut nettement moins de ces unités pour avoir une armée totalement jouable.
Pour contrer ce problème, il suffit de prendre une des offres d’armée clé en main:

Army starter box: (environ 150.-).

images (1)sadasd

Battle group: (environ 50.-)

asasdasd

Ou passer par le marcher de l’occasion, qui, comparé a 40k, est nettement plus simple, vu que la plupart du temps, les joueurs Warmachines ne font aucune modification ou conversion sur les figurines.

Je sais pas pour vous, mais quand je regarde les étagères de mon bureau… J’ai vraiment l’impression d’être un bibliothécaire…
Je n’ose pas compter le nombre de codex, livres de règles, errata ou autre entassé ici et là, Et ceci uniquement pour 40k…
Je sais que vous me voyiez arriver sur mes grands sabots: dans Warmachine, chaque figurine dispose d’une carte de profil (format carte standard), ou on y trouve ses caractéristiques complètes, ses sorts, ses capacité, etc…

sans_t11rrr
Donc pas besoin de devoir installer une armoire de plus pour pouvoir faire les deux jeux !
Bon, après il est tout a fait possible d’acheter les livres d’armée des différents belligérant, mais c’est tout sauf obligatoire pour pouvoir jouer !

Une des grosses différences, si on compare les compréhensions des règles entre les joueurs, il y a rarement (pour ne pas dire jamais), dans Warmachine, le cas du: “Montre moi dans le bouquin que j’ai pas le droit…”. Phrase que tout joueur à du entendre au moins une fois dans sa vie de pousseur de figurine.
Dans Warmachine, pas de règle ambiguë, de prise de tête sur la tournure de phrase, où se situe la virgule (“virguliste” je vous hait ! ) ou autre joyeuseté du genre…
Chaque terme est explicitement détaillé dans le livre de règle, donc aucune possibilité de “tricher” sur une tournure de phrase…
C’est ce point là qui m’a fortement incité à m’intéresser a ce jeu !

Un des derniers points que j’aimerais aborder avant de présenter les quelques figurines que j’ai réalisé: c’est de vous parler du choix de votre Warcaster (chef d’armée). A contrario on est pareil que la plupart des jeux du style, un chef avec ses clampins, et pas de grosse différence si on prend le chef X ou le Y. C’est là que Warmachine se démarque des autres, tout dépend quel Warcaster vous prenez, votre façon de jouer devra s’adapter pour crée une vrai synergie entre vos différentes unités. Sachant que chaque Warcaster dispose d’un FEAT (prouesse) qu’il ne peut utiliser qu’une fois par partie, et quand il décide de le lancer, dans la généralité des cas, votre adversaire va le sentir passer. Si bien sûr il est utilisé au bon moment, et non pas comme moi dans mes premières parties, a des moments tout sauf judicieux !

Donc grosso merdo, ce qui m’attire le plus dans le jeux, c’est que les parties sont vraiment sanglante, chaque unité a vraiment sont rôle a jouer dans la partie. Même les grouilleux de base peuvent retourner le “MegaTrucDeLaMortQuiRôdeDansLeCoin” ou “MTDLMQRDLC” pour les intimes, sans devoir y passer 6 tours complet !

Bon, après ce petit déballage de sentiment, je vais quand même mettre les quelques figurines qui sont déjà passé sous mon pinceau à barbouille:

La première partie des winterguard, donc 5 pouilleux et leur chef :

L’ensemble:

20160307_200845

Le chef:

20160307_200956

20160307_201029

Le reste de l’escouade:

20160307_201148

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.