Dans mon monde à moi… -petit background vite fait pour Rogue Stars

1Rogue Stars est sorti en anglais depuis décembre et devrais arriver tout bientôt en français dans ma boîte aux lettres. J’ai déjà pas mal étudié le PDF en anglais, j’ai 3 bandes prêtes, une table « corridors de station » en cours de construction; ça promet quelques bonnes parties. Mais comme ce jeu se veut très axé sur les scénario, il serait dommage de se limiter a lancer sur la table des bandes sans un peu de background. Et pour que les joueurs de notre club puissent « s’aligner » sur un univers pour créer leur bande j’ai pensé que poser les bases de cet univers serait un bon début. Libre à chacun ensuite de le creuser pour donner de la profondeur et du caractère à leur bande.

Beaucoup ont voulu voir dans les pyramides Egyptiennes et précolombiennes ainsi que dans certaines peintures et gravures antiques les preuves d’une visite des extra-terrestres sur terre il y a longtemps. Ils avaient raison. Des voyageurs de passage ont fait une courte escale sur terre avant de poursuivre leur chemin. Ils restèrent néanmoins assez longtemps pour tisser quelques liens et emportèrent avec eux plusieurs centaines d’humains, désireux de voyager dans les étoiles. Les voyageurs ne revinrent pas, pour 2 raisons.

D’abord il s’agissait de la Caravane de Kandoshan, un amas de centaines de vaisseaux de toutes tailles et provenance, un patchwork composé de plusieurs espèces de la galaxie, des nomades qui parcourent lentement la galaxie en commerçant, en minant, faisant parfois des haltes de plusieurs dizaines d’années dans un système, assimilant constamment des nouveaux voyageurs, et en perdant d’autres qui deviennent les colons de nouveaux mondes et il est extrêmement rare que la caravane repasse deux fois au même endroit.

Ensuite leur arrêt et leur interaction avec les habitants de la terre était illégal, selon les lois de la Fédération des Systèmes du Bras Archinn (le bras d’ Orion de notre galaxie selon nos appellations Terriennes), dans lequel notre système solaire se trouve. En effet nous nous trouvons sur le territoire de la FSBA, qui regroupe près de 200 peuples habitant de cette région de la Voie Lactée. Une des lois de la FSBA est de ne pas entrer en contacte avec les habitants des systèmes qui n’ont pas atteint une certaine maturité, sauf urgence. Plusieurs fois dans l’histoire de la FSBA, des civilisations avancées sont rentrées en contact et ont partagé leur technologie avec des sociétés qui n’étaient pas encore prêtes ce qui a eu des conséquences désastreuses.

Ce n’est donc qu’en 2150, après que les humains aient vécu une troisième guerre mondiales encore plus destructrice que les précédentes,flirté avec l’apocalypse et l’extinction puis recommencé à se reconstruire sur un meilleur modèle de société, plus unie, tournée vers l’avenir et les étoiles à la recherche d’un nouveau monde pour s’établir, que la première expédition sur un autre système tomba sur un comité d’accueil de la FSBA qui leur souhaita la bienvenue parmi eux.

Aujourd’hui, 100 ans plus tard, les humains se sont adaptés, développés, répandus et ont prospéré au sein de la FSBA, mais leur nature calculatrice et agressive à doucement refait surface et beaucoup d’ idéaux de la reconstructions se sont perdus en route laissant la place à un libéralisme exacerbé, ce qui n’a rien d’étonnant, vu que c’est la norme dans la FSBA.

La terre est un champ de ruines desséchés , avec toutefois quelques villes isolées, fortifiées, autonomes et sécurisées où la technologie est développée et les humains vivent dans un confort relatif. Le gros de la population humaine vit dans des stations, en orbite autour des différentes planètes et lunes du système , mais on en rencontre aussi un peu partout dans la FSBA, œuvrant dans un peu tous les domaines. Certains sont même allés plus loin que le Bras d’ Orion et se répandent dans la galaxie, rencontrant parfois leurs cousins, les humains qui ont quittés la terre des milliers d’ années plus tôt avec la Caravane de Kandoshan et se sont éparpillés dans les étoiles. Une colonie en particulier a particulièrement prospéré, mais d’ une façon très inattendue.

Devant affronter l’isolation, des attaques de pillards et des conditions de vie généralement rudes, un groupe de colonies est devenue au fil des siècles un empire féodal aux mœurs belliqueuses, conservateurs, isolationnistes, archaïques et superstitieuses. Chaque monde est gouverné par les Barons, seigneurs de guerre aux ordres desquels se battent les Chevaliers, des surhommes portant de lourdes armures énergétiques.

Ailleurs encore, certains colons laissé abandonnés à eux-même sont retournés à des états technologiques proches du moyen age.

La FSBA n’est de loin pas la seule grande coalition de la galaxie, des empires, des républiques et des confédérations xenos divers et variés ont fleuri dans toute la galaxie et cohabitent plus ou moins bien. Sans compter toutes les espèces non civilisées, parfois plus proche de l’animal ou de l’insecte, qui n’ont aucune structure étatique et ne vivent que pour se nourrir et se reproduire. Et les humains ont aussi découvert l’existence de faille vers d’autres «plans » dans lesquels vivent des entités immatérielles, puissantes, mystérieuses, et souvent dangereuses.

Ce background permet de jouer des parties de Rogue Star dans a peu près tous les décors imaginables, avec presque toutes les figurines possibles. Les humains et xenos de la FSBA et leur technologie dernier cri sont parfait pour utiliser des figurines Infnity, Deadzone, Gates of Anthares et a peu près n’importe quelle figurines SF, tout comme ceux venant de la caravane Kandoshan, qui est une référence assez directe à la BD Sillage.

L’empire humain reclus dans son coin de galaxie est un bon prétexte pour jouer un peu tout ce qui vien de l’ Imperium de 40K, les barons représentant clairement les Primarques les Primarques ou des chefs de chapitre, alors que les Chevaliers sont les space marines. Pour ceux qui veulent jouer dans un cadre plus post apocalyptique, la voie lactée regorge de planètes défigurées et abandonnées ressemblant à ce que l’on voit dans Mad Max, à commencer par la terre, sans parler des cimetières de vaisseaux et les stations minières abandonnées. Certaines villes, la aussi sur terre ou ailleurs peuvent rappeler un cyberpunk crasseux et surpeuplé comme dans Judge Dredd.

Numéro Treize

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.